Rechercher

Comment gérer son addiction au café et au sucre ?

On succombe facilement à nos plaisirs caféinés ou sucrés ô combien réconfortants pour nous donner le coup de fouet qui va nous permettre de finaliser un dossier ou clôturer la présentation du prochain séminaire des ventes…

Mais, pourquoi l’idée de nous séparer de

ces « béquilles » sucrés ou cafeinés, parait-elle si inconcevable pour beaucoup d’entre nous ?

Vous allez nous dire que tout concourt dans votre journée pour vous y adonner : pot de départ, anniversaire d’un collègue, surcharge de travail inattendue, désaccord, coups de barre…

OK mais cela va au-delà… il faut l’assumer nous sommes de vrais toxicos, au sens biologique du terme.

Notre comportement de dépendance vis-à-vis de ces substances faussement revitalisantes, procède d’un mécanisme similaire à celui des drogues dures, le diabolique circuit de la récompense dopé…par la dopamine …CQFD.

Après tout pourquoi s’en passer ? et comment s’en priver et rester énergique ?

Caféine : Café ou Thé même combat

On la recherche dans notre Café ou Thé du matin pour son effet psycho-stimulant rapide (en 10-20 minutes) qui lève les freins de nos circuits neuronaux au ralenti.

Qu'y a-t-il de mal à activer notre réveil ? Aucun, tant que notre consommation reste sous le seuil de la modération (300mg de caféine/jour= 3 à 4 tasses de café par jour)…et même quelques bienfaits.

Mais il y a un revers à cette médaille : un état de stress qui s’installe avec une augmentation de nos taux d’adrénaline, noradrénaline, cortisol. … et plus sournoisement…une acidification latente qui va lentement ronger la capacité de nos petites cellules à produire de l’énergie, en s’attaquant à notre capital en calcium et magnésium, et en réduisant de l’absorption en vitamines B1 , B6 et fer…

Pour le café le ponpon sur la Garonne est sa teneur en acrylamides, reconnus potentiellement cancérigènes et formés lors de sa torréfaction…

Le mieux est donc de le remplacer.. mais par quoi ?

Par les accros au café , faites l’essai des boissons instantanées succédanées au café sans caféine : à base de chicorée, orge.

Et si vous n’arrivez pas à vous sevrer complètement, réduisez le nombre de tasses et optez pour un café bio de type arabica (le robusta est plus chargé en caféine).

Les adeptes du Thé, pourront passer au Rooibos…sans caféine également.

Et le sucre dans tout çà ?

On parle ici du sucre raffiné, blanc ou roux qui s’insinue à forte dose sournoisement dans beaucoup d’aliments transformés… les industriels ont bien compris l’intérêt que représentait notre appétence innée pour le sucre.


Le pire est que son potentiel addictif a récemment été évalué équivalent à celui de la cocaïne…Par la réponse insulinique qu’il provoque, Il nous fait rentrer dans un cycle infernal alternant crises d’hyper/hypoglycémiques continuelles, à renfort de pulsions … sucrées !

Sa surconsommation est aussi encouragée par la résistance à la dopamine qui se met en place progressivement exigeant toujours plus de sucre !

Une vraie drogue dure on vous dit, qui viendra saborder votre santé, vous êtes déjà au courant et renforcer les effets acidifiants de sa copine la caféine.

Des solutions existent pour vous aider à sortir naturellement de son emprise avec la nutrithérapie ciblée. Privilégiez notamment les aliments riches en Chrome, Zinc, L-Tryptophane et Glutamine.

Rester énergique sans addictions, c’est possible avec la naturopathie

Mettez plus de légumes riches en vitamine B dans votre assiette, ce sont les cofacteurs essentiels à notre métabolisme énergétique. Vous en trouverez aussi dans la gelée royale.

Les tisanes stimulantes à base gingembre et à la cannelle joueront à la fois la carte de la stimulation et du contrôle glycémique.

Un bon début de programme non ?

Vous en apprendrez bien plus encore lors de notre atelier intitulé « booster son efficience en se passant de stimulants ». La redac' Helse

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :

  • LinkedIn - Gris Cercle
  • Instagram

©2018 by helse