Rechercher

L'entreprise peut-elle rattraper les lacunes d'éco-citoyenneté des générations X, Y et Z ?

Mis à jour : 27 nov. 2019


Il faut le reconnaître les générations X, Y et Z souffrent de grosses lacunes en termes de connaissances sur les gestes à adopter au quotidien ou bien encore, sur les enjeux qui pèsent actuellement sur notre avenir à tous. Peut-on être blâmés pour cela ? Nous n'avons pas appris à devenir des citoyen éco-responsables à l'école et seules les petites astuces que nous donnent certains médias ou blog d'association de protection de l'environnement ne peuvent suffire. Ironie, ce sont désormais les enfants les plus aptes à nous sensibiliser et nous informer. Notre maison continue de brûler… Les alarmes de notre planète ne cessent de retentir.

L’actualité nous abreuve quotidiennement de nouvelles confirmant que nos efforts ne sont pas à la hauteur pour diminuer notre empreinte écologique.


Heureusement, les entreprises sont plus responsables : ce progrès indéniable doit être salué de tous.

Peu importe si, au-delà de la seule conscience écologique, les sociétés ont aussi bien compris l’intérêt que cela représentait pour leur réputation d’avoir la green attitude.


Les valeurs d’éco-responsabilité et de protection environnementale s’affichent en grandes lettres et sont pleinement intégrées dans la communication des entreprises.

Cela n’aura échappé à personne et après tout, c’est bien normal et légitime de faire savoir ce que l’on fait de bien.

Toutes les entreprises qui ont su franchir le pas de l’éco-responsabilité ne l’ont pas regretté pour les économies substantielles réalisées.

Mais, que peut faire l'entreprise pour passer de la green-attitude visible à la sensibilisation de ses collaborateurs ?

De la micro-formation, pardi ! L'entreprise est de loin le meilleur endroit pour donner la bonne information.


Regardons plus loin ou plutôt plus près et passons à l’échelle individuelle des collaborateurs.

Chacun d’eux réalise-t-il que la majorité de ses impacts sur l’environnement se fait pendant son temps de travail ? Soyons honnêtes : pas vraiment.

Il pense bien dans son for intérieur que sa conscience écologique ne doit pas s’arrêter dès qu’il passe la porte de son bureau. Toutefois, plus concrètement, il ne sait pas vraiment comment devenir plus « eco-friendly » dans son environnement professionnel.

Différents leviers uniquement basés sur la volonté seule de faire évoluer ses comportements sont à la portée de tous nous semble-t-il. Encore faut-en avoir la connaissance.


Quelques exemples :  

1) Commençons déjà par le tri sélectif…Une pratique encore incomplètement maîtrisée par les salariés. Le recyclage et le travail « paperless » ont encore une belle marge de progression. Une seule feuille de papier consomme 10 litres d’eau pour être produite et son taux de recyclage n’est que de 35% ! Pas de quoi crier victoire…


2) Eviter la surchauffe de 1 petit degré dans nos bureaux, en mettant une petite laine abaisse notre facture énergétique de 5-10% !


3) Réduire ses déchets lors la traditionnelle pause-café ou pause déjeuner en éliminant toute la vaisselle non réutilisable…Autant de plastique qui ne sera pas déversé dans l’Océan. En effet, 80% des plastiques retrouvés en mer proviennent de la Terre. Pas de quoi être très fier en étant désigné pas le WWF comme le pays du pourtour méditerranéen qui rejette le plus de déchets plastiques !


4) Tout ce qui va contribuer à plus d’éco-mobilité par les transports en commun, ou bien le développement du co-voiturage qui peut être aussi l’occasion de connaitre encore mieux ses collègues.

5) On pense aussi rarement à l’impact environnemental que représente les envois de mail…Cette pollution numérique dont certains destinataires sont superflus ou bien qui pourrait être substituée par de la messagerie instantanée ou bien des échanges oraux surtout avec ses voisins de bureau !

Les exemples ne manquent pas…

Dans le cadre de sa politique RSE, l’une des attributions de l’entreprise est de sensibiliser et d’accompagner ses collaborateurs dans l’acquisition de ces gestes et comportements green. Et cela sans investissements significatifs ni aménagements particuliers autre que ceux de la formation.

Malheureusement, être éco-responsable uniquement chez soi, ce n’est plus suffisant pour répondre aux enjeux actuels, il faut passer à la vitesse supérieure et rapidement ! ça urge ! La redac Helse

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :

  • LinkedIn - Gris Cercle
  • Instagram

©2018 by helse