Rechercher

Pourquoi aborder le sujet du sommeil en entreprise ?


6h42 : telle est la durée moyenne de sommeil des adultes français en 2019 !

Avec plus d’un tiers qui dorment moins de 6h, nous sommes passé sous la barre du fameux seuil de récup' de notre corps (estimé en moyenne à 7 heures).

Un déclin de notre sommeil en progression.. Il faut dire que notre hyperconnexion du matin au soir et l’invasion des écrans y sont pour beaucoup.

« Savoir se recharger » est l’un des piliers fondateurs de la santé de notre cher Hippocrate. Cela n’est pas le seul des enjeux de nos repos nocturnes.

Comprendre ce qui se passe

Notre horloge (dans notre cerveau, noyau supra-chiasmatique pour les intimes) qui synchronise nos états de veille et de sommeil selon un rythme de 24 heures (dit circadien) fonctionne de pair avec les sécrétions de la fameuse « hormone du sommeil » ou mélatonine. Sa sécrétion s’active avec la diminution de l’intensité lumineuse ce qui déclenche le programme de notre sommeil. C’est un peu comme le programme de votre lave-vaisselle.

Plusieurs séquences physiologiques s’enchainent :

  • En première partie de nuit s’opère la digestion de votre diner et son assimilation, puis un temps dédié au nettoyage (élimination des toxines, désacidification, détox) jusqu’à minuit.

  • Ensuite arrive la séquence « d’auto-réparation » entre 1 heure et 3 heures: correspondant au temps de cicatrisation tissulaire, minéralisation, croissance…

  • Et enfin, la phase de pré-réveil de recharge de notre pile neuro-hormonale.

  • Un moment essentiel également à la consolidation de notre mémoire.

Raboter l’une de ses séquences n’est pas sans conséquences sur votre journée à venir qui est mal partie avec au menu : fatigue, irritabilité, fringales, problèmes digestifs, troubles cognitifs… Rien ne réjouissant.

Désolé de vous décevoir, mais la dette de sommeil perdue durant la semaine ne se rattrape pas durant la grasse matinée de votre week-end !

Donc, va falloir agir le jour J et mettre en place un plan d’hygiène de vie

Voici quelques astuces à intégrer dans votre quotidien : Rien qu’avec notre assiette, on fait déjà beaucoup. Léger Diner (« comme un mendiant ») , au moins 2 heures avant de se coucher et pas trop tard (car notre transit dit stop après 22 heures ! ) en évitant si possible les viandes rouges.

Vous avez compris qu’il faut favoriser un max de mélatonine :

En consommant les aliments qui en contiennent naturellement (tomate, olive et riz par exemple) et/ou bien les aliments riches en tryptophane ( comme la banane, les noix, ou les ananas)

Contrairement aux idées reçues ne bannissez pas complètement les féculents : une petite portion sera suffisante pour permettre l’assimilation cérébrale de votre tryptophane !

Les sources de Magnésium, Vitamines B et Oméga 3 seront aussi excellents pour la synthèse de la mélatonine, alors faites le plein !

Proscrire logiquement toute source d’excitants après 15h : café, thé mais aussi alcool, chocolat, sucres raffinés (bonbons, gâteaux industriels…)

Les plantes viennent aussi à la rescousse : tisanes sédatives (coquelicot, passiflore, mélisse) ou huiles essentielles relaxantes (lavande, orange douce, verveine odorante) en massage du plexus solaire ou bien diffusées dans votre chambre 20 minutes avant de vous coucher.

Chasser ses hamsters nocturnes : coucher vos pensées sur papier avant vous coucher pour qu’elle ne viennent pas hanter votre nuit.

Ressortir la bouillotte chaude de votre grand-mère pour la mettre sur votre foie (pour l’aider à détoxifier) ou sur vos petons (pour dériver les surcharges cérébrales)

Éloigner vos écrans ou toute source d’onde et profitez de quelques pages de lecture d’un bon livre.

Se relaxer par la respiration abdominale, ou la cohérence cardiaque afin d’aborder votre cycle dans les meilleures conditions.


Venez approfondir les secrets d’un sommeil de loir dans notre atelier « mieux dormir pour être en forme ». La redac' Helse